DansBOOKS

J’ai lu : Becoming de Michelle Obama

 


L’une des choses que j’ai aimé faire durant ce confinement (Hormis cuisiner et prendre des photos), c’est reprendre mes lectures inachevées. J’ai terminé le livre « Becoming » (« Devenir » en français) de Michelle Obama et je souhaitais vous dire à quel point il m’a fait du bien. Intitulées « Becoming » les mémoires de Michelle Obama sont parues en novembre 2018, sous la forme d’un ouvrage volumineux, mêlant récit de vie et photos. L’épouse du 44eme président des Etats-Unis avait beaucoup nous raconte littéralement sa vie en partant de sa petite enfance dans un quartier modeste de Chicago.

J’avais acquis le livre au moment de sa sortie, excitée à l’idée d’entendre (de lire donc) celle qui fait désormais office de rôle model pour de nombreuses personnes, dont je suis, à travers le monde.

Le livre comprend 24 chapitres, organisés en trois parties : Becoming Me, Becoming US, Becoming More.

En d’autres termes : Devenir Moi, Devenir Nous, Devenir plus.

Devenir Moi 

Michelle Robinson (son nom de jeune fille) nous raconte les conditions de sa naissance et son enfance passée à Chicago. Michelle grandit entourée de sa mère, de son père, et de son frère Craig dans un deux pièces à l’étage d’une maison appartenant à la tante de la patriarche. Cette dernière et son époux occupant eux le rez-de-chaussée de la maison. Une configuration bien connue de nombreuses familles noires (et pas seulement aux États Unis) .

C’est la fin des années 60, époque de grande mutations sociales aux États-Unis, où les stigmates de la ségrégation raciale sont encore bien présents (quartiers réservés et emplois ouvriers pour les noirs quelque soit leur qualification) . C’est dans ce contexte que Michelle se remémore la petite fille qu’elle était alors. Curieuse, appliquée et un brin effrontée. Son estime personnelle s’est construite en s’appuyant sur l’amour et l’affection de ses parents. Ces derniers font en sorte d’être présents auprès de leur enfants et s’assurent qu’elle et son frère ne manquent de rien. Craig joue au basket, Michelle apprend le piano. Et tous les deux baignent dans une atmosphère sécurisante malgré les difficultés(dont la sclérose en plaques que déclenche le père de famille) que peut rencontrer la famille.

« Je n’avais rien ou j’avais tout, tout dépend du point de vue »

Cette affection dont elle a bénéficie et la bienveillance dont font preuve ses parents à l’égard de leurs enfants, va constituer un terreau solide pour que Michelle puisse s’élever. Cet environnement où chaque enfant est autorisé à s’exprimer et exprimer ses sentiments ont permis à Michelle d’affronter de nombreuses situations difficiles. Comme le rejet d’enfants de son quartier qui ne veulent pas jouer avec elle, mettant en cause sa manière de s’exprimer trop sophistiquée (et donc trop blanche). Ou encore cette conseillère d’orientation qui tente de lui faire croire qu’elle ne peut pas aspirer à des études supérieures.

Le soin que Michelle met à décrire ses relations familiales n’est pas anodin. Ce récit est important et potentiellement impactant, dans un pays où la cellule familiale noire est souvent présentée comme étant déstructurée et les parents démissionnaires. Cela fait du bien de découvrir une autre narration.

« les enfants sont parfaitement conscients des leur plus jeune âge qu’on les déprécie » écrit Michelle Obama

On découvre-sans grande surprise-mais avec beaucoup d’intérêt-une petite fille particulièrement brillante dont le destin est loin d’être tout tracé, mais qui se fraie déjà un chemin dans une Amérique où les noirs ne peuvent rêver mieux qu’un poste d’ouvrier.

« Il y a encore tant de choses que j’ignore au sujet de l’Amérique, de la vie, et de ce que l’avenir nous réserve. Mais je sais qui je suis. Mon père, Fraser, m’a appris à travailler dur, à rire souvent et à tenir parole. Ma mère, Marian, à penser par moi-même et à faire entendre ma voix ».

Dans cette première partie, Michelle s’applique à nous démontrer l’importance de notions telles que l’Estime de soi et à quel point il est important pour les personnes qui encadrent les enfants (les profs surtout), de s’intéresser à une approche plus psychologique de la réussite.

Devenir Moi : Michelle poursuit des études supérieure à l’université de Princeton. Elle devient la première personne de sa famille à faire des études supérieures et une des rares noires du campus. Elle découvre alors la charge mentale qui pèse sur les personnes comme elle, les premières des minorités à accéder à un espace où rien n’est fait pour les encourager à rester. Cette charge mentale communautaire est notamment décrite par la réalisatrice Shonda Rhimes dans son livre « Year of Yes« .

Michelle ne se laisse pas intimider par cette Amérique toujours un peu réfractaire à la diversité, malgré des politiques de discrimination positive. Elle nous explique comme il faut « apprendre à tirer parties de toutes les possibilités que la vie vous offre » et comment elle la descendante d’esclaves s’y est prise pour intégrer ensuite un cursus de droit à Harvard, l’une des universités les plus quêtée au monde.

Son diplome de droit en poche elle intégre un cabinet d’avocat et commence à exercer le droit des affaires. C’est dans ce cadre qu’elle rencontre Barack. Le jeune homme est recruté comme stagiaire avec Michelle comme mentor… La suite nous la connaissons.

Devenir nous

Ou plutôt pas exactement. Pour la première fois on découvre dans les détails les débuts de la relation du couple. Leurs difficultés, leur divergences. Leur mariage, leur installation. L’engagement politique de Barack et ses idéaux. Mais aussi les sentiments de Michelle, vis à vis de cette notion de la réussite que la société nous inculque.

J’ai particulièrement aime les pages que Michelle consacre à son besoin de changer de voie professionnelle. Sa certitude qu’elle pourrait s’épanouir en faisant autre chose qui aurait plus de sens pour elle, et l’incompréhension de sa maman.

Gagne ton argent d’abord tu t’occuperas de ton bonheur apres. Lui dit cette dernière. 

Mais Michelle persiste, soutenue par Barack qui est lui même un grand rêveur et un utopiste. Ce récit est également important parce qu’il rétablit la vérité sur ce qui a été dit dans les médias, présentant Michelle comme une femme ayant abandonné ses rêves au profit de ceux de son époux.

Mon bonheur ne dépend pas de la faculté d’un homme à me rendre heureuse.

Bien sur tout n’a pas été simple, et suivre Barack dans son ambition politique a couté énormément en sérénité à Michelle. Notamment au moment où le couple a du avoir recours à la procréation médicalement assistée pour avoir un enfant. En se confiant sur ce pan de sa vie et en parlant de son intimité, Michelle contribue ainsi à lever un tabou, persistant qui est celui du recours aux différentes aident à la procréation pour les couples.

L’arrivée à la maison blanche et ce qu’est devenue leur existence ensuite est la partie de l’ouvrage qui m’a le moins captivé. Peut-être parce que c’est la partie de l’histoire dont j’ai été un peu plus témoin, et aussi parce qu’on sent que sa plume est moins libre, plus convenue. Secrets d’Etats oblige.

Devenir plus

Néanmoins j’ai aimé y découvrir comment Michelle avait vécu les attaques dont elle a été victime tout au long de la présidence de son époux. De comment elle a du gérer une sorte de mise en sourdine de ce qu’elle est réellement au profit du « bien » de la nation et de la bonne gouvernance de son époux. Elle ne nous cache rien des larmes qu’elle a versé en coulisses. On comprend d’autant mieux, la fermeté avec laquelle elle répond aujourd’hui par la négative à ceux qui l’interrogent sur un potentiel engagement en politique. Dans cet ouvrage on découvre également que la politique des Obama n’a jamais été liée à l’exercice d’un mandat. Au delà des clivages de race, de classe et même de sexe, le bien-être collectif a toujours fait partie de leur mode de vie. Je pense que c’est l’une des raisons pour lesquelles le couple Obama est aussi populaire.

J’ai également beaucoup aimé en filigrane des différents chapitres, la manière dont Michelle nous parle de ses amitiés et de l’impact qu’elles ont eu et continuent d’avoir dans sa vie.

Même si j’avais un homme dans ma vie, mes amies m’apportaient une stabilité indispensable.

Un bel ouvrage qui selon moi pourrait aisément se classer dans la catégorie développement personnel sous le titre :

Être déterminé à prendre une place à une table où personne ne vous ressemble.

 

Crédit photo : Netflix

Bonus : Netflix nous propose un documentaire sur les coulisses de la tournée qui a suivi la sortie du livre « Becoming ». Michelle Obama et son équipe se sont rendu dans plusieurs pays à la rencontre des lectrices et des lecteurs, ou tout simplement des fans. Réalisé par Nadia Hallgren et produit par Higher Ground (la société de l’ancien couple Obama) le documentaire nous offres des gros marquants sur les coulisses des 34 villes dans lesquelles Michelle Obama a présenté son livre en personne.J’ai eu la chance de pouvoir assister à la rencontre qui s’est tenue à Paris et j’ai été vraiment emportée et bossée par l’esprit Michelle Obama. Un documentaire qui est pour moi un complément idéal au livre et qui permet de découvrir une autre intimité. J’ai été particulièrement touchée par le moment où elle retourne dans sa maison d’enfance avec sa maman et où elle évoque des souvenirs et des anecdotes qui ont marqué son enfance. Tout le monde devrait avoir l’occasion de faire cela, c’est tellement fort ! Puis au delà de la tournée promotionnelle, j’ai aimé que le documentaire donne un peu plus la parole aux personnes qui se sentent proches de l’histoire de Michelle Obama en raison de leur propre histoire. Par exemple lorsqu’une femme venue l’écouter lui dit qu’en tant que mère célibataire, elle a été vraiment motivée par la place que Michelle a toujours accordé à son rôle de maman. On pourrait se dire que malgré ses origines modestes Michelle Obama est aujourd’hui perçue comme une privilégiée aux préoccupations beaucoup trop éloignées de celles des américaines moyennes, pour que sa voix compte. Hé bien non. D’ailleurs une étude américaine menée après la sortie du livre Becoming a révélé que les prises de paroles et les apparitions de Michelle Obama ont eu un impact considérable sur l’estime de soi des femmes issues des minorités et tout particulièrement des femmes noires.

 

Devenir, Michelle Obama, disponible en broché, ou livre audio 

Retrouvons-nous sur Instagram, Facebook, Twitter et Pinterest.

Partager via
Par

3 Commentaires

  • Aminata

    Excellent, moi je viens de le commencer.

    20 mai 2020 at 14 h 37 min Répondre
  • SweetLovingMum

    J’ai le livre j’ai aussi vu le doc, j’ai dis à mon mari : mes filles doivent lire ce livre et voir ce doc. C’est important, inspirant et rassurant. Je suis moi même une femme noire originaire de la Martinique et mon mari est un homme blanc. Nous avons 2 petites filles de 3 ans et 2 mois. Merci pour ton ressenti que je partage vivement.

    20 mai 2020 at 19 h 20 min Répondre
  • Gaëlle

    Excellente revue, comme toujours ma Danielle. Cette histoire, ce livre, ce documentaire … un réel booster pour moi également 💪🏽❤️

    20 mai 2020 at 22 h 46 min Répondre
  • Laisser un commentaire

    error

    Vous aimez le blog ? Parlez-en autour de vous !

    s\
    Instagram
    %d blogueurs aiment cette page :