DansMATERNITÉ

Un nouveau chapitre

fullsizeoutput_27d5.jpeg

Oh waouuu, moi prenant la plume, sur mon blog, pour vous annoncer que nous allons être parents pour la troisième fois. Si on m’avait dit cela il y a six ans, lorsque je vous confiais mes premiers états d’âme de future maman, je n’y aurais tout simplement pas cru. Il faut croire que  la vie a parfois pour nous des projets bien plus grands que nos limites.

Car oui, il y a six ans je n’envisageais pas la maternité au pluriel. Parce que j’avais peur de ne pas être à la hauteur. Peur de me perdre dans cette aventure et peur de pas être la maman que je souhaitais être. Six ans plus tard, force est de constater que j’avais tort : je me suis trouvée. Mais à un point que je ne pourrai jamais sans doute décrire de manière précise, tant l’accomplissement est immense. Non pas que la maternité détermine aujourd’hui l’essence de ce que je suis, mais elle m’a ouvert un champ de connaissance de l’autre, d’apprentissage et de découverte de moi-même que je ne soupçonnais pas.

J’aimais déjà les bébés et les petites personnes. J’ai d’ailleurs souvent opté pour la garde d’enfant comme job idéal durant mes années d’étudiante en droit. Mais j’étais quand même assez heureuse de rendre ces petits êtres adorables(ou pas) à leur parents une fois la journée achevée. Je me suis toujours définie comme une personne manquant de patience…En réalité, je suis d’une patience infinie, pour les choses et les personnes qui comptent vraiment à mes yeux. Je pense même que c’est là l’une de mes plus grandes qualités. Et c’est la maternité qui m’a appris cela. En devenant maman j’ai appris à mettre des mots sur des émotions que j’avais l’habitude de balayer. J’ai appris à relativiser, à faire des compromis, à aller au fond des choses. A être bienveillante envers moi même et envers les autres.

fullsizeoutput_27d9.jpeg

J’ai déporté mon attention sur des choses plus profondes que les possessions matérielles et les accessoires sociaux  : j’ai découvert le sens du mot valeurs, au lieu de trimballer des principes absurdes. Etre la maman de ces deux petites filles m’a donné envie de laisser une empreinte positive sur cette terre. De m’investir un peu plus au service des autres et non pas de ma propre réussite ou de la leur. Ces petites filles m’ont appris que nous devions incarner le changement que nous souhaitons voir dans ce monde… Et les voir grandir chaque jour sous mes yeux, devenir des personnes à part entière (et non plus une extension de nous) me le rappelle d’autant plus.

Et puis il y a cette notion de famille dans laquelle nous sous sentons tellement bien. Cette vie quotidienne rythmée, animée de bruits, de pleurs, de disputes, d’éclats de rires, de mots d’enfants…Et de cette immense responsabilité qui est de veiller au bien-être et à l’accomplissement de deux autres personnes. Nous sommes parfois crevés, mais pour rien au monde nous ne regrettons notre vie « d’avant ». Bien au contraire, nous en redemandons !

fullsizeoutput_27b1fullsizeoutput_27d1

Le barbu lui voulait trois enfants. Depuis le départ il l’avait exprimé, sans pression, plutôt comme un doux rêve. Je le trouvais complètement fou ! Et à chaque crêpage de chignon des filles, à chaque crise complètement irrationnelle je lui demandais si il était bien certain de vouloir ajouter un joueur à la partie. Il me regardait en souriant, comme invincible (C’est cette sérénité, cette force et cette capacité à croire en nous que j’aime particulièrement chez lui). Moi c’était une autre histoire…J’étais très bien avec notre petite Maya, puis deux ans et demi plus tard l’envie d’une petite Nina s’est fait sentir…

Et enfin il y a quelques mois l’envie d’un autre bébé. Ce dernier ne s’est pas fait attendre ! C’était notre projet de l’année 2019, notre petit kiffe pour nos 10 ans ensemble…Plutôt pour la fin de l’année en ce qui me concerne, mais ce petit être a décidé qu’il n’était pas utile de laisser traîner les choses en longueur ! Au premier essai il s’est niché au creux de mon ventre. J’en ai été déconcertée au départ, puis j’en ai ris (enfin pas longtemps parce que les premiers désagréments n’ont pas mis longtemps à se faire ressentir).

Aujourd’hui je mesure à quel point nous avons de la chance.

A la fin de l’été nous serons 5 à la maison et à défaut de pouvoir vous livrer le livre que je souhaitais partager avec vous ce printemps, je vous embarque dans ce nouveau chapitre …

fullsizeoutput_27dc.jpeg

Photos Gaëlle

Partager via
error
Par

5 Commentaires

  • Nathalie Jolitropisme

    J’adore les photos et ton sourire radieux que Gaelle a su capter. Et pareil ici, on est parfois vidés mais voir nos filles grandir, pouvoir converser avec elles,rire, voyager et voir le monde avec leurs yeux c’est juste un bonheur intense qui me fait dire aucun regret même quand c’est compliqué ! Je te souhaite une belle grossesse et d’accueilir un beau bébé en pleine santé dans votre si jolie famille.

    13 avril 2019 at 19 h 03 min Répondre
  • Émilie

    Félicitations ! Quel plaisir de vous voir si sereine et si épanouie. Et ce long silence précédent, un peu inquiétant, prend un tout autre sens. Bon courage pour les désagréments de la grossesse et plein de bonheur pour votre « petite » famille.

    13 avril 2019 at 19 h 30 min Répondre
  • Hippias

    Toutes mes félicitations aux « futurs et heureux » parents!!
    Je vous souhaite du bonheur, du partage et beaucoup d’amour…
    Christelle (CM 3/ Ifocop)

    13 avril 2019 at 23 h 46 min Répondre
  • Tiidoo

    Félicitations ! Quel bel article !

    14 avril 2019 at 8 h 42 min Répondre
  • Fabienne Arielle

    Félicitations Danielle!

    20 mai 2019 at 2 h 05 min Répondre
  • Laisser un commentaire

    error

    Vous aimez le blog ? Parlez-en autour de vous !

    s\
    Facebook
    Facebook
    Pinterest
    Pinterest
    Instagram
    %d blogueurs aiment cette page :