DansMATERNITÉ

Pourquoi je ne souhaite pas de visites à la maternité

 

Il y a six ans, alors que nous étions enceintes en même temps, une amie me disait qu’elle ne souhaitait pas de visites à la maternité.  J’avoue que sur le moment j’ai trouvé ce choix un peu radical, mais c’est resté dans un petit coin de ma tête. Surtout, une fois que j’eus accouché, j’ai rapidement compris ses motivations ! Aujourd’hui je suis comme elle, je ne souhaite pas de visites à la maternité et je vous explique pourquoi.

Alors que mon amie était très documentée et savait exactement ce qui était bon pour elle, dans le cadre du suivi de sa grossesse, moi j’étais dans une sorte de flou artistique. J’avais l’impression qu’il y avait tellement de choses à savoir et à découvrir, qu’il valait mieux ne pas trop se « prendre la tête ». J’étais surtout persuadée que nous les femmes n’avions pas vraiment le choix…Qu’il fallait suivre les protocoles annoncés sans plus creuser. Choix de la maternité, projet de naissance, conditions d’accouchement…Je prenais quelques conseils çà et là. Je lisais la doc que je recevais de manière un peu distraite en me disant que d’autres femmes étaient passées par là avant moi et qu’elles s’en étaient (d’après ce que je savais) plutôt bien sorties.

Ceci étant dit, j’avais beaucoup d’admiration pour le mode de vie de mon amie, et elle ne me donnait pas vraiment l’impression d’être noyée sous une tonne de savoir. Bien au contraire, elle affichait une certaine sérénité. N’est-ce pas ce à quoi aspirent toutes les futures mamans ? D’ailleurs c’est elle qui m’avait conseillé la maternité des Bluets où j’ai accouché et en insistant lourdement. Je ne l’en remercierai jamais assez.

C’est tellement important d’être entourée de femmes auxquelles l’on peut s’identifier et avec qui on peut discuter de sujets qui touchent à notre intimité. La grossesse et la maternité en font partie.

L’idée n’est pas de singer ce qu’une autre fait, sans se poser plus de questions. Il ne s’agit pas non plus de reproduire ou perpétuer certaines « traditions » qui au fond n’ont que peu de sens pour nous (je vous en parlais ici).

La grossesse et l’accouchement sont des expériences uniques. Et la maternité l’est tout autant, même si l’on peut s’inspirer des choix des unes et des autres. Il faut déjà comprendre ces choix et se les approprier.

Lorsque vous arrivez au terme de votre grossesse, tout le monde vous le dit : vous devez vous reposer, vous ménager et vous préparer sereinement à l’arrivée de bébé. C’est à cela que sert le congé maternité.

Mais après ?

Accoucher est une véritable prouesse physique digne d’un marathon et cela quelle que soit la méthode d’accouchement. L’encadrement médical est unanime : Vous devez vous REPOSER. Et pour cause, il faut au corps un certain temps pour s’en remettre. C’est ce que l’on appelle le post partum, et ça commence dès que bébé pousse son premier cri hors de l’utérus.

Après l’accouchement la mère continue à saigner durant plusieurs jours. La quantité de sang que l’on perd est différente pour chaque femme et même si cela est naturel, ce n’est pas spécialement agréable. On perd du sang, mais aussi de la muqueuse. Au rayon des désagréments physiques on peut également citer la fatigue, la montée de lait douloureuse, la mise pas particulièrement facile les premiers jours, les contractions utérines (plus légères que celles du travail, mais tout de même désagréables), les maux de tête, les jambes lourdes…Les douleurs liées à une césarienne, une épisiotomie, une déchirure et j’en passe.

Et sur le plan psychologique ça n’est pas forcément plus tranquille : est-ce que bébé va bien ? Est-ce qu’il mange bien ? Est-ce qu’il prend suffisamment de poids ? Est-ce que cette tâche là sur son dos est normale ? Est-ce que la prise de sang pour détecter une éventuelle infection reviendra négative ?

Est-ce que l’on va pouvoir être à la hauteur de cette lourde tâche qui est celle d’élever un enfant ? Et la liste de nos préoccupations (plus ou moins silencieuses) dans les heures qui suivent la délivrance est longue.

Vous en êtes là de cet inconfort physique et psychique, et avez à peine fermé l’œil lorsque (déjà ?!) on frappe  à la porte…C’est la moitié de votre famille qui débarque pour souhaiter la bienvenue à ce nouveau membre.

Et là vous vous forcez à faire bonne figure, afficher un sourire épanoui et une mine potable, pour les photos. Vous regardez alors sans broncher votre minuscule bébé passer de bras en bras.

Vous faites un peu de place sur votre lit pour tante Gertrude, alors que vous arrivez à peine à bouger ; tout en priant pour que vos draps ne soient pas tâchés de sang (ça coule si vite). Et d’ailleurs, vous résistez à l’envie de vous ruer aux toilettes pour laisser libre cours à votre transit qui semble soudain s’être réveillé (Ah oui j’ai oublié la constipation au rang des désagréments).

Ouf, l’infirmière arrive pour prendre votre température, changer vos draps et mettre tout le monde dehors ! Vous soufflez en vous enroulant dans la literie fraîche en espérant que bébé (re)trouve le sommeil avec toute cette agitation. Ouf, il s’est endormi ! A peine le temps d’avaler votre plateau repas, que vous entendez des bruits de succion fendre l’air. Mince alors, c’est (quoi déjà ?!) de nouveau l’heure de la tétée.

Vous laissez bébé s’endormir au sein, malgré les mises en garde de la sage-femme, et commencez à vous assoupir avec lui, lorsque votre téléphone vibre. Nouveau message de Charlotte : « C’est quoi le numéro de ta chambre ? On est à l’accueil ».

« Ok ON arrive ! ».

Toc, toc…

« Hé coucou, c’est nous ! ». Bah oui après la famille, voilà les amies !

Et c’est reparti : « ohhh ces yeux ! », « il ressemble à qui ? » , « tu l’allaites ?! », « Waouh tes seins sont énormes ! », « t’es pas trop stressée à l’idée de rentrer chez toi ?! », « Moi pour mon accouchement…blah, blah blah, blah ».

A peine le temps de souffler que c’est de nouveau l’heure de nourrir bébé. Filez-moi ce bébé que je vide ces seins douloureux qui coulent comme un robinet ! Et si vous pouviez nous laisser ce serait cool hihi… Mais vous ne dites rien, bien entendu, les gens ont fait le déplacement pour vous présenter leurs félicitations, ça LEUR fait plaisir.

Bon ça y est tout le monde est parti, vous prenez une grande inspiration lorsque vous entendez de nouveau *toc, toc* : « Je viens prendre votre tension ! ».

Bref, je ne sais pas pour vous, mais mon premier séjour à la maternité a été tout sauf reposant. Je n’ai pas pu profiter pleinement du passage régulier des sages -femmes pour leur poser toutes les questions qui me passaient par la tête. Oui, parce qu’elles ne savent peut-être pas tout, mais elles savent MIEUX que tante Gertrude et toute la clique. Et surtout j’aurais vraiment aimé passer plus de temps en tête à tête avec mon bébé. Sans appareil photo, sans avoir à expliquer le choix de son prénom, ou à disserter sur quoi que ce soit en fait.

Résultat des courses : J’ai passé trois jours qui m’ont semblé un jour et demi et lorsque nous avons franchi le pas de la porte de l’appartement avec bébé, je me suis assise sur le canapé et j’ai fondu en larmes en demandant au barbu comment est-ce que nous allions faire, sans tout le personnel autour de nous. Les hormones qu’ils disent. Oui mais aussi la fatigue cette énergie déployée à se soucier d’être un minimum sociable et présentable pour les personnes venues nous rendre visite. Tout cela m’a littéralement vidée.

Et j’ai compris pourquoi mon amie ne souhaitais pas de visites à la maternité. Pas parce qu’elle privait ses proches de se réjouir de la venue au monde de son bébé, mais tout simplement parce que ce n’est pas le bon moment.

La maternité c’est pour la maman, son bébé et sa famille, proche (vraiment restreinte). Celle avec qui bébé sera tous les jours. Les proches auront bien le temps de venir nous féliciter, lorsque l’on se sentira en mesure de les accueillir dans les meilleures conditions, sans forcer et sans se forcer.

Dès lors j’ai décidé que je ne recevrai plus de proches à la maternité et que je n’irai plus rendre visite aux femmes de mon entourage à la maternité. Je me contente de les féliciter par sms. Leur laisse le temps de récupérer. Je leur demande de se reposer, parce que je sais ce que c’est. Et même lorsqu’elles insistent je les assure que nous nous verrons dans de meilleures conditions chez elle, à un moment où elle se sentiraient vraiment prêtes.

Cette décision n’a jamais choqué personne, et mes amies qui la première fois trouvaient ce choix radical, ont ensuite fait de même ! Cela n’a jamais altéré nos relations et bien au contraire lorsque nous en discutons aujourd’hui elles me disent à quel point j’avais raison.

Lorsque Nina est née il y a un peu moins de trois ans, j’avais juste rappelé à mes proches que je ne souhaitais pas de visites à la maternité et que nous nous verrions à la maison.

A la maternité j’en ai vraiment profité pour me reposer. Papa venait tous les matins pour faire les soins à bébé et les différentes formalités, pendant que je me reposais tranquillement dans ma chambre. Puis il s’en allait un peu avant midi et revenait après 4h avec Maya qui était heureuse de sortir de l’école pour venir voir sa petite sœur. Nous restions tous les trois jusqu’à mon heure de dîner.

Ma mère et mes sœurs sont venues une fois et c’était suffisant.

Et pour ce bébé à venir, je ne souhaite pas non plus de visites à la maternité. Je partage tout cela avec vous, comme mon amie l’a fait avec moi il y a plusieurs années, et je peux dire que m’inspirer de sa décision a rendu mon début de post partum tellement plus doux.

N’hésitez pas à partager ce billet à des femmes qui attendent un enfant, on ne sait jamais qui cela pourrait inspirer J.

Photos : Marlène

Partager via
error
Par

14 Commentaires

  • Fanny

    Merci pour ce post et je suis d’accord avec toi. Quand mon amie très proche a accouché il y a plus de 4 ans, j’étais tellement excitée à l’idée de les voir que j’ai proposé de prendre le train( nous étions dans deux villes éloignées) pour venir. Elle m’a alors dit que les visites n’étaient pas autorisées à la maternité. Que le papa c’est tout.
    Ça m’a un peu refroidi mais j’ai respecté ce choix et attendu qu’elle rentre à la maison et ça s’est bien passé.
    Pour son deuxième bébé je ne me suis pas proposé et j’ai sagement attendu que le bébé ai au moins 15 jours pour aller chez elle. Aujourd’hui j’attends un bébé pour septembre et j’aimerai également avoir le temps de récupérer de mon accouchement et recevoir les visites à la maison.

    4 août 2019 at 12 h 57 min Répondre
  • C. Befoune

    J’ai adoré lire cet article. Mais vraiment. J’ai pris la même décision et je n’ai aucun « change of heart » jusqu’ici. Juste bébé, papa et moi.

    4 août 2019 at 13 h 07 min Répondre
  • Lessie Sony

    Maintenant avec le recul, je me dis que c’est une sage décision. On a effectivement besoin de repos après ce périple qui précède l’arrivée de bébé. Lors de mon séjour à la mater après la naissance de ma fille, j’ai tellement reçu de visites le 1er jour, que la nuit après que tout le monde soit parti j’étais vidée. Impossible de dormir et pareil pour bébé. Il faut rajouter à ça, douleurs de l’épisio et montée de lait…

    4 août 2019 at 13 h 50 min Répondre
  • Nbalde

    Je trouve ca trés dommage cette manière de se replier sur soi. Alors que la naissance c’est justement le moment de souder les liens familiaux auprés de cet heureux évenement. Même de retour à l’appart la famille peut aider la jeune a maman à s’occuper du bébé ou lui faire le ménage pour lui permettre de se reposer. C’est à cause de ce genre de mentalités individualistes que les personnes âgées se retrouvent isolées dans des maisons de retraites.

    4 août 2019 at 15 h 35 min Répondre
    • Danielle

      Et vous trouvez que si la famille ou ls proches n’ont pas vu le bébé à la maternité la famille vole en éclat ?

      5 août 2019 at 1 h 18 min Répondre
    • Happy_pamy

      Je me permets de donner mon avis à votre commentaire que je trouve rempli de jugement. Je ne vois nulle part de l’individualisme ou du repli sur soi dans le besoin de se reposer après un accouchement qui en soi est une épreuve physique.
      La maman ne va pas vivre à la maternité, elle n’y reste en moyenne que trois jours après l’accouchement, les proches ont toute la vie pour rencontrer bébé.
      Aucun rapport entre les personnes âgées qui seraient « isolées en maison de retraite » (et perso, je célèbre l’existence des maisons de retraite) et le besoin d’une femme de retrouver un minimum de force physique avant de devoir gérer le défilé de gens qui parfois, ne verront bb qu’une seule fois (à la maternité) pendant toute sa première année de vie. Aimer les gens et vouloir souder les liens familiaux autour de l’évènement heureux, c’est plus que quelques minutes à la maternité, c’est la bienveillance, l’assistance, le soutien même plusieurs mois voire années après que bb soit arrivé.
      ps : moi, je suis allée plus loin que juste la maternité, j’ai filtré les visites au max pendant tout le premier mois, et je l’assume entièrement et le referai.

      5 août 2019 at 10 h 22 min Répondre
    • Happy_pamy

      Merci Danielle pour cet article que je vais relayer autant que je peux. Je me retrouve dans tes mots.
      Il y a 7 ans, j’ai été (légèrement) contrarié que ma cousine nous « écarte » de la maternité lors de son premier accouchement, je l’ai même trouvée snob.

      pourtant, pendant ma (première) grossesse l’année dernière, j’ai fait le même choix, après avoir lu un peu et m’être posé la question de ce que je veux vivre comme moment dans les heures qui suivent la naissance : limiter les visites à la maternité aux 2 grand-meres et aux 3 freres et soeurs (une seule fois pendant le séjour). J’ai plus qu’adoré d’être dans une bulle juste à trois avec bb et le papa, soulagé de ne pas raconter 10 000 fois ma césa d’urgence et comme tu dis, ne pas avoir à réfléchir si j’ai sali le drap avant de me lever et toutes ces choses.

      Bon 3ème trimestre et bonnes vacances à ta tribu et toi

      5 août 2019 at 10 h 31 min Répondre
  • Degert

    Entièrement d’accord avec toi , pour Léonie il y a 6 ans , tous le monde était venu , c’était épuisant surtout après un déclenchement suivi d’une césarienne en urgence .
    Pour mes jumeaux juste ma maman et la marraine sont venu , et j’ai apprécier le fait que nous étions juste nous cinq à profiter .
    Bon courage pour la délivrance 🙂

    4 août 2019 at 16 h 41 min Répondre
  • Fanny

    J’ai fait ce choix aussi mais difficile à comprendre pour ma famille proche !!

    4 août 2019 at 16 h 46 min Répondre
    • Danielle

      Le plus important c’est vous et votre bien être 👍🏾

      10 octobre 2019 at 15 h 03 min Répondre
  • O.

    Je suis tellement d’accord avec tout ce qui est décrit dans l’article. J’ai exprimé ce choix mais il n’a pas été respecté… pour mon 1er je me suis même retrouvée prise de court avec tous ces vas et viens. Un toc toc même pas le temps de me rhabiller ou tout simplement de dire attendez que mon beau père deboule dans la chambre alors que j’ai les seins à l’air et que je peinais à mettre mon tout petit au sein… aucune gêne pour lui, il ne s’est pas excusé et à même foncé vers le bébé (et moi accessoirement). Bref, un mauvais souvenir. Je suis totalement partisane du no visit à la maternité à l’exception des grands parents (Et encore).

    Pour répondre à un commentaire plus haut en quoi le fait de se ménager 3 à 4 jours pour accueillir son bébé dans les meilleures conditions, faire connaissance et surtout se reposer est un repli sur soi et constitue un mal pour la famille ? Ne vaut il pas mieux exprimer ses sentiments, ses envies plutôt que de ne rien dire et ressentir de la rancoeur qui s’exprimerait d’une maniere ou d’une autre plus tard ? Je pense justement que c’est le fait d’accepter tout et n’importe quoi qui poussent les gens à se désintéresser les uns des autres.

    Et je ne parle même pas des microbes et autres saletés auxquels on expose nos bébés avec tout ces vas et viens. Mettons nous aussi à la place du nouveau né qui subit un choc en passant de l’utérus calme et silencieux de sa maman à cet univers bruyant et déstabilisant… Je m’arrête là car je pourrais y passer la nuit.

    En tous cas, je comprends et respecte totalement ce choix qui n’est en rien un caprice mais du bon sens…

    5 août 2019 at 2 h 26 min Répondre
    • Danielle

      👍🏾👍🏾👍🏾

      10 octobre 2019 at 15 h 05 min Répondre
  • Robaglia Nadège

    C’était ma décision initiale mon copain n’a pas vraiment accepté alors on a fait avec ! On devait limiter les visites à 2 personnes par jour. Sauf que ma mère a débarqué à la maternité avec ses sœurs de l’église! Puis ma tante est venue avec son fils sans me prévenir. Ce que je n’ai pas apprécié. Je ne me suis pas gênée pour le leur dire. Mais la prochaine fois c’est niet et non négociable. J’ai fait une pré-éclampsie (mauvais fonctionnement du placenta, protéine dans les urines, tension élevée, prise de poids rapide, œdème …). Donc les visites de médecins, spécialistes, examens médicaux, monitoring et j’en passe, j’étais au bout de ma vie. J’étais pas contente de rentrer à l’hôpital avant terme. Ma grossesse était à risques. Je suis passée par la PMA et j’ai été cerclée. Autant dire que c’était un vrai parcours du combattant. Notre entourage voulait profiter de ce moment unique. Quand c’est notre premier, on veut être en paix et se reposer dès que c’est possible. Sauf que les personnes sont passées quand j’étais au plus mal. J’avais une tension de 18-19. Accueillir la famille ou amis dans des conditions est particulièrement désagréable à plus d’un titre. Quand je suis rentrée à la maison, j’ai refusé toutes les visites pour une bonne période de 2 semaines. Je voulais retrouver ma tranquillité et surtout profiter de mon miracle.

    5 août 2019 at 7 h 46 min Répondre
  • Regina

    J’avais fait le même choix pour ma première (de toutes façon on avait été transférées en neonat tres vite à cause de complications donc pas de visites).
    Et je refais le même pour n°2 qui arrive dans quelques semaines.
    La première fois certains l’on mal pris. J’avais cédé pour une copine particulièrement insistante et je le regrette. Du coup cette fois je vais l’annoncer en partageant ce post et tenir bon envers tout le monde!
    Merci!

    5 août 2019 at 8 h 40 min Répondre
  • Laisser un commentaire

    error

    Vous aimez le blog ? Parlez-en autour de vous !

    s\
    Facebook
    Facebook
    Pinterest
    Pinterest
    Instagram
    %d blogueurs aiment cette page :