DansLIFE

Intentions vs Résolutions

Et si on laissait tomber nos (bonnes) résolutions ?
Vous l’aurez compris, je saisis les dernières heures de janvier pour vous souhaiter une belle année 2021. Oui, oui j’ose ! Je sais, le stigmate de cette année 2020 si particulière plane encore dans l’esprit de beaucoup. Alors quoi ? On va arrêter de se souhaiter le meilleur parce que tout ne s’est pas exactement passé comme prévu ?


Notre président a déclaré que nous étions en guerre. Je suis d’accord, bien que le terme soit un peu fort. Mais à chaque guerre sa résistance, alors je vous invite à rejoindre le maquis : là où l’on porte du sequin tout au long de l’année en posant des intentions en pleine conscience. Le sequin c’est la vie et je n’ai jamais compris pourquoi il fallait attendre le 31 décembre pour en porter. J’ai reçu cet ensemble (H&M) canon en début d’année et je n’allais certainement pas attendre plus de trois cent jours pour le porter et l’immortaliser pour vous. Bien évidemment cela vaut aussi pour les sandales en satin et strass #tchin


Revenons à l’objet de ce billet. Je souhaitais vous faire en début de mois un super bilan de l’année écoulée mais les enfants ont enchaînés les petits bobos de l’hiver et eu égard au fait qu’iels sont trois, cela m’a forcé à appuyer sur le bouton pause. Et ça n’est pas plus mal, parce que mine de rien il y a une certaine pression à être d’attaque dès le premier janvier, surtout sur les réseaux sociaux. L’année dernière j’ai appris à m’extraire un peu du tumulte d’internet, sans me sentir obligée de donner des explications. C’est plutôt cool !

Nous voici donc à J-2 de février et puisque l’on se fiche des bonnes résolutions, finalement peu importe le moment où vous lirez ces lignes. Je déposes ça ici pour les personnes qui sont encore à prendre des résolutions et qui tombent dans l’auto-depreciation lorsqu’elles n’arrivent pas à si tenir.

Pourquoi prendre des résolutions n’est pas une très bonne idée ?

 

Parce que le terme résolution, employé ici renvoie au fait de redémarrer, remettre les conteurs à zéro, prendre un nouveau départ…Se réinventer. C’est quand même hyper compliqué quand on y pense. À moins d’etre hyper accompagnée, je ne vois pas trop comment on peut réussir à changer en si peu de temps. Oui une année c’est pas si long que ça quand on y pense. Et pourquoi changer ? Pourquoi ne pas commencer ou continuer à apprendre à vivre avec soi. Accepter ses limites, travailler sur ses freins certes mais pas en se flagellant.
Prendre des résolutions que l’on arrivera peut-être pas à tenir sur la durée, c’est le meilleur moyen de fragiliser son estime personnelle et de se mettre inutilement la pression.
J’ai lu beaucoup de messages de personnes allergiques aux vœux de nouvelle année, affirmant que pour elles rien n’a changé entre le 31 décembre et le 1er janvier.
Ce n’est pas faux. Mais un peu comme pour les parents ou les étudiants qui envisagent l’année de septembre à septembre, il n’y a rien de mal à structurer le temps qui passe. Le passage à une nouvelle année symbolisée par un changement de chiffre, s’accompagne également de son lot de changements.

On le voit bien, ne serait-ce qu’au niveau du temps, les jours qui s’allongent dès le 21 décembre et toute la symbolique autour du solstice d’hiver.

Puis changement d’année rime également avec renouvellements de contrats, re-calcul de budgets…

En ce qui me concerne par exemple, il y a quelques années j’ai décidé d’augmenter mes tarifs d’indépendante tous les ans. Pourquoi ? Parce que ma valeur augmente tous les ans : mon audience que je monétise a augmenté mais mes compétences également. Tous les jours je passe du temps à apprendre et à me former pour  être plus performante et gagner en aisance dans tout ce que je fais. Cela demande du temps et des investissements : achat de matériel, d’outils et de formation. Il me paraît donc tout à fait légitime que les clients qui souhaitent mettre cette valeur au service de leur entreprise,  soient à la hauteur de cet investissement.
Tout cela pour vous dire que le changement d’année civile a un impact direct sur ma vie. Et pas que sur le plan pro.

Gratitude


Chaque année, je me sens énormément chanceuse de pouvoir vivre pour voir le soleil se lever ou se coucher. Encore plus avec cette année mortifère qui vient de s’écouler. On peut au moins célébrer ça ?
Encore plus lorsque mon année est ponctuée de visites de contrôle à l’hôpital, pour s’assurer que la tumeur qui m’a été retirée en 2019 ne récidive pas. N’oubliez jamais toutes les choses même les plus minimes pour lesquelles vous pouvez avoir de la gratitude.

Intentions


L’avenir est incertain. Nul ne sait de quoi demain est fait, mais je ne vais certainement pas rester là à attendre que le ciel me tombe sur la tête. Prendre des intentions c’est une manière de conjurer le sort. 
Je vous ai parlé de loi de l’attraction dans cet article et de la manière dont on peut manifester le meilleur dans sa vie.
L’étape numéro un ce sont les intentions et je trouve que ce changement d’année est un bon check point. Mais ce n’est pas obligatoire. Moi je le fais symboliquement à ce moment de l’année mais peu importe quand, ce qui est important pour moi c’est de vous transmettre cette notion d’intentions.

Sankalpa

En 2020 j’ai décidé de donner une vraie chance à la pratique du Yoga. Je n’ai pas été aussi assidue qu’il me faudrait, mais je suis conquise. Je dis « qu’il le faudrait » parce que j’ai ressenti un vrai bénéfice sur mes douleurs séquelles de mon opération. J’ai surtout pratiqué durant le premier confinement où mes déplacements étaient très très limités et mes douleurs vraiment présentes. Et puis après j’ai un peu rangé ça dans un coin, au rayon des solutions éprouvées, mais qu’on a quand même du mal à mettre en application…. Qu’à cela ne tienne, le fait de l’écrire me rappelle à quel point j’ai encore tout un monde à explorer de ce côté et donc encore plus de bénéfices.
J’ai néanmoins découvert la notion de  Sankalpa.

Le terme « Sankalpa » vient du sanskrit, San qui signifie connexion avec la vérité la plus haute, et kalpa, qui signifie ” vœu ”.

Le Sankalpa c’est la chose qui nous tient le plus à cœur. Une intention qui est un peu le mood ou l’énergie dont on souhaite être animée pour l’année. Le Sankalpa se résume à une idée.
En ce qui me concerne, mon Sankalpa pour 2021 est « discipline ».
En bonne slasheuse que je suis j’ai tendance à m’éparpiller. Je suis convaincue qu’avec plus de discipline je pourrais gagner en efficacité. Par discipline je n’entends pas mise en place d’un planning rigide. Mais plutôt une capacité de concentration et de dedication à une tâche qui me fait du bien. J’ai commencé à mettre en place certaines choses en 2020 et j’aimerai beaucoup poursuivre dans cette voie. Je parlais plus haut du Yoga et de ma découverte en dents de scie. Ce n’est pas la motivation qui me manquait, ni le matériel ou la méthode (j’ai suivi des vidéos sur youtube dédiées aux débutants), mais c’est la discipline.

En cherchant mon Sankalpa pour cette année et en écoutant passionnément le livre The One thing de Gary Keller, j’ai réalisé que je confondais discipline et organisation. Je me focalisais sur l’organisation, alors qu’en réalité tout est question de discipline. Cette discipline je l’ai trouvée pour terminer le manuscrit de mon livre alors que j’étais déprimée après avoir perdu toute la dernière partie, lors d’une mise à jour. J’ai décidé que ce projet est ce qui me tenait à cœur par dessus tout, et pour l’achever, ce qu’il me manquait ça n’était pas les idées ou la motivation (ça je les avaient), mais plutôt la discipline. La discipline permet de progresser et de voir les bénéfices plus clairement. « Conserver une attention au fil du temps ».
La discipline est aussi celle qui permet de ne pas oublier de prendre soin de soi. De se faire passer avant tout le reste lorsque cela est nécessaire. La discipline est ce qui permet de me concentrer sur ce qui compte vraiment.

Vous me suivez ?

Une fois que vous avez trouvé votre Sankalpa vous pouvez le formuler de manière claire, par le biais d’une affirmation. Dans mon cas cela se traduit par : je suis une personne disciplinée. On va l’écrire, et se le répéter régulièrement.

Bien sûr cela ne va pas changer comme par magie. Il va falloir ensuite créer un ancrage. Vous pouvez par exemple créer un tableau de visualisation avec des images qui vous viennent en tête lorsque vous pensez à votre Sankalpa. Dans mon cas, il y a mon livre, qui est actuellement au stade de la mise en page, avant de passer à l’impression. Il me reste des choses à accomplir pour accompagner sa sortie. En réalité tout est déjà dans les mains de l’univers, mais il reste des étapes qui nécessitent de la discipline.
Discipline également pour pouvoir achever les deux projets d’écriture que j’ai en tête cette année. Entre les enfants et le boulot (création de contenu et consulting), cela ne va pas être facile, mais en faisant des plages d’écriture une priorité, je pourrai me rapprocher de cet objectif.

Comment poser une intention ?
Soyez claire à propos de ce que vous souhaitez cultiver dans  vie. Ecrivez-le ! Pour que ce soit un peu plus fun je vous renvoie vers mon article dédié au journaling. Le journaling est un bon moyen de trouver son Sankalpa et de poser des intentions.
Écrivez ce que vous devez mettre en œuvre pour cultiver cette intention. Dans mon cas :
– se coucher tôt
– organiser son bureau
– préparer ses affaires la veille
– lever le pieds sur Instagram
– laisser son portable au salon avant d’aller au lit
– méditer
– lire plus
Cette liste est loin d’être exhaustive, mais elle donne des clés de choses que l’on peut mettre en place pour cultiver la discipline.
Il y a également des choses qui sont de l’ordre de notre mentalité :
-etre plus indulgente
-etre plus patiente
….

Puis chaque jour faire quelque chose qui vous rapproche de votre intention. Le plus important c’est d’adopter un état d’esprit favorable aux changements que vous souhaitez voir dans votre vie. Hier par exemple j’ai décidé de prendre le temps de trier et ranger le tiroir de mon bureau. Vous savez ce tiroir qui stock tout et n’importe quoi. Des piles aux stylos dont certains ne fonctionnent plus, en passant par des documents et des tournevis. Je repoussais toujours cette tâche en me disant que je n’avais pas de temps à consacrer à cela. En ignorant le temps et l’énergie que cela me faisait perdre lorsque je cherchais un post-it ou justement un stylo en faisant le montage de podcast. Ranger ce tiroir m’a rapproché de mon sankalpa qui est discipline. M’installer à mon bureau et pouvoir y travailler sans perdre du temps à chercher un accessoire, va favoriser mon envie de faire passer l’écriture avant tout le reste. Et je peux continuer ainsi longtemps…

 

Je vous laisse partager avec nous votre sankalpa si cela vous intéresse.

En attendant je vous souhaite le meilleur pour 2021 !

Par

2 Commentaires

  • Huguette

    Merci pour cet article très intéressant Danielle! Mon tableau de visualisation est en cours et le terme de Sankalpa y figurera grâce à toi, car j’ai besoin moi aussi de (beaucoup) de discipline … 🙂

    1 février 2021 at 19 h 38 min Répondre
    • Danielle

      Ahhh c’est super ! Je dois également finaliser le mien 🙏🏾

      1 février 2021 at 20 h 08 min Répondre

    Laisser un commentaire

    error

    Vous aimez le blog ? Parlez-en autour de vous !

    s\
    Instagram
    %d blogueurs aiment cette page :